Stade Rennais F.C.
STADE RENNAIS F.C. 24/10/14
RECHERCHE RAPIDE

Pierre Dréossi13/02/2013 Entretien avec Pierre Dréossi

Le marché des transferts hivernal est terminé depuis le 31 janvier. L’occasion de faire le point avec le manager général du club sur le mercato rennais.







« Anders Konradsen : on l’a longuement suivi »

Pierre Dréossi, malgré les difficultés du mercato hivernal, le SRFC a réussi à se renforcer…
Il y a eu six arrivées et deux départs. On a eu des opportunités. Essentiellement pour l’avenir. Ensuite, on a réglé quelques problèmes liés aux départs et aux blessures. Je pense à Vincent Pajot qui s’est blessé à la cuisse pour un moment.

Pourquoi avoir recruté Anders Konradsen ?
Anders Konradsen, on voulait vraiment le faire car on l’a longuement suivi. La première fois qu’on l’a vu, il avait 16 ans et demi. Aujourd’hui, il en a 22. On l’a surtout suivi lors des deux dernières saisons. On le connaît bien. Il a de grosses qualités techniques. C’est un bon passeur. Il va falloir un peu de temps mais je ne suis pas inquiet sur son évolution. Il n’y a pas de décalage entre le joueur que l’on suivait et celui qui est arrivé. Il doit s’adapter à sa nouvelle vie car il quitte son pays. Les évènements feront qu’il aura du temps de jeu. Le coach est satisfait de ce qu’il fait à l’entraînement.

John Mensah, Hérita Ilunga, Anders Konradsen et Alou Diarra... Qui sont les deux joueurs supplémentaires ?
Ejike Uzoenyi, un joueur nigérian qui était à la Can en janvier. On va faire tous les efforts pour le faire venir le pus vite possible. Puis, il y a un Guinéen pour la post-formation. C’est un milieu de terrain plutôt défensif de 18 ans. Il faut attendre pour les voir arriver en pros. Pour l’instant, on va les laisser dans l’anonymat. On en reparlera plus tard. Ce sont des « coups » que l’on a fait à l’image de Cheick Fantamady Diarra ou Abdoulaye Sané dans le passé. Il y a deux ans, personne ne les connaissait.

Ce sont donc des paris pour l’avenir ?
C’est de la post-formation. Il faut beaucoup de travail pour les préparer aux exigences de la première division.

Est-ce la vente de Yann M’Vila qui a permis ces arrivées ?
Effectivement, si l’on n’avait pas vendu Yann M’Vila, on n’aurait pas eu les moyens de les recruter. On a aussi pu équilibrer nos comptes.

Il n’y avait pas d’autres alternatives ?
Yann devait partir cet été. Ça ne s’est pas fait pour des raisons multiples. Il avait une grosse opportunité en Russie. Le Rubin Kazan joue la Coupe d’Europe. Il peut se relancer là-bas. Les clubs anglais qui étaient intéressés n’étaient pas à la hauteur de ses ambitions.

« Ce sont des joueurs « faits » et de caractère. »

Vous avez misé sur l’expérience avec les recrutements d’Hérita Ilunga, John Mensah et Alou Diarra…
Il y a eu des opportunités. Ce sont des joueurs qui entrent dans notre politique salariale. John Mensah et Hérita Ilunga ne sont venus que pour le challenge sportif. Il n’y a pas eu de discussions. Ils sont là pour se relancer. Concernant Alou Diarra, il y a eu de grosses discussions avec le joueur et le club de West Ham. On a trouvé une solution financière pour les faire venir. Ce n’était même pas imaginable il y a encore quelques semaines. Ce sont des joueurs « faits » et de caractère. Dans ce groupe, c’est ce qu’il nous manquait. Ça peut nous faire que du bien. On sait bien qu’ils ont beaucoup de qualités, ont des défauts mais ils n’ont pas joué depuis longtemps. S’ils n’étaient pas blessés, en méforme ou en manque de temps de jeu, ils ne seraient pas venus à Rennes.

Des joueurs de renom qui signent au SRFC, cela prouve que le projet sportif est intéressant…
Ils savent que dans notre club, ce sera sérieux. Ils vont bien travailler, dans de bonnes conditions et avec une belle équipe. Ils vont pouvoir jouer la finale de la Coupe de la Ligue sans passer par les quarts et les demi-finales. On joue aussi le haut de tableau en L1. Tout en sachant qu’ils ne sont liés au club que jusqu’à la fin de la saison. C’est un bon pari qu’ils font.

Avez-vous pensé à la finale de la Coupe de la Ligue en les recrutant ?
Il ne faut pas le résumer à cela. Dans l’ensemble, l’équipe a plus de caractère. Kévin Théophile-Catherine, John Boye, Benoît Costil, Jean-Armel Kana-Biyik ont un an de plus en L1. Julien Féret aussi dans son rôle de leader. Si on peut y apporter des joueurs plus expérimentés… Beaucoup de résultats ont été arrachés cette saison. Je ne sais pas si l’équipe a plus ou moins de qualités que la saison dernière mais il y a plus de maturité collective.

« Alessandrini et Pitroipa, une réussite pour le recrutement et le coach »

Romain Alessandrini et Jonathan Pitroipa ont été sous les feux des projecteurs. Est-ce valorisant ?
C’est une réussite pour le recrutement. Ça l’est aussi et surtout pour le coach. On parle souvent de lui quand il se fait expulser, quand il hausse le ton, quand il lève les bras au ciel. C’est un résumé et un raccourci qui m’énervent un peu. Jonathan Pitroipa et Romain Alessandrini ne sont pas des jeunes joueurs. Romain Alessandrini a longtemps joué en deuxième division. Jonathan Pitroipa a joué plusieurs saisons en Allemagne. L’évolution de ces joueurs est liée à la qualité de l’entraînement. Il faut mettre en lumière le travail de Frédéric Antonetti. Ces deux joueurs ne sont plus les mêmes depuis leur arrivée au Stade Rennais. On peut aussi parler de Mevlüt Erding. Il marque des buts car le collectif tourne bien.

Ne craignez-vous pas les futures sollicitations autour de Jonathan Pitroipa ?
On va déjà finir la saison. La CAN a été un grand coup de projecteur sur un joueur qui a joué sept ans en Allemagne et que personne n’a vu pendant cette période, à part le Stade Rennais apparemment. On entend : « Nous, on l’avait vu. » mais personne ne l’a fait. On discutera avec lui en temps voulu. On aura surement plus d’offres en fin de saison. Mais entre-temps, on a beaucoup de choses à faire en championnat avec une date importante pour nous et qui peut changer beaucoup de choses, à savoir la finale de la Coupe de la Ligue le samedi 20 avril.

Êtes-vous satisfait des performances actuelles ?
Je crois très peu à la chance. Depuis le mois de septembre, cette équipe à un état d’esprit qui lui permet d’arracher des points. Avant, on avait les points que l’on méritait. Mais ce n’était pas suffisant pour être en haut. L’équipe a un niveau qui n’est pas celui des premiers mais avec la mentalité et avec un désir de réussite collective, on peut continuer sur notre lancée. En tout cas, le Stade Rennais donne plus de plaisir que la saison dernière.

Source / Auteur : Stade Rennais F.C. / Ouest Médias

   Envoyer à un ami    Imprimer 
 PAGE PRECEDENTEHaut de page 
ACTUALITES | COMPETITIONS | FORMATION | EQUIPES | Billetterie | Videos | CLUB | Supporters | Club Affaires |