Vous êtes ici

Club

La première prise de parole d'Olivier Létang

07 nov 2017 13:51

Dans la foulée de Jacques Delanoë, Olivier Létang, nouveau Président délégué du Stade Rennais F.C., a tenu face aux médias locaux et nationaux sa première conférence de presse.


« Avant toute chose, je tiens à remercier Messieurs François Pinault et François-Henri Pinault pour leur confiance et l’opportunité qu’ils m’ont donné de pouvoir piloter un club comme le Stade Rennais F.C. Quand nous nous sommes rencontrés, pour moi ça a été tout de suite une évidence que de participer à ce projet. J’ai toujours eu une affection particulière pour ce club et pour cette région. Le Stade Rennais F.C. a un potentiel très important. Rennes est la capitale de la Bretagne, il y a une culture et une identité très fortes, des valeurs qui me sont proches, c’est une véritable terre de football. Le Roazhon Park est magnifique, un vrai stade de football à l’anglaise. On a envie de faire vivre des sensations fortes aux personnes qui viennent au stade. Les autres infrastructures sont aussi de qualité. Les résultats du centre de formation ont toujours été très intéressants. On va continuer de de former les jeunes pour les amener jusqu’à l’équipe professionnelle. Le centre d’entraînement permet d’avoir de bonnes conditions de travail. Le Stade Rennais F.C. a des propriétaires respectables et respectés, c’est une force d’avoir Messieurs François Pinault et François-Henri Pinault derrière nous pour continuer à développer ce projet.


« Nous allons travailler, beaucoup, avec des hommes et des femmes qui doivent partager les mêmes valeurs. »

Il y a des fondations fortes et de très belles choses à réaliser, avec des atouts et des actifs, mais depuis un certain nombre d’années, il y a un discours qui est souvent le même : « Cette année pour le Stade Rennais F.C., ça va bien se passer », mais à chaque fois il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Je ne suis là aujourd’hui pour vous donner la recette miracle et dire comment nous allons changer les choses. J’ai lu, j’ai regardé, je me suis renseigné et j’ai entendu des problèmes d’unité et d’exigence. Ce sont des choses sur lesquelles nous allons nous pencher au quotidien pour faire progresser le club. Nous allons travailler, beaucoup, avec des hommes et des femmes qui doivent partager les mêmes valeurs. Un club c’est une institution, une identité, une culture, un code génétique. Nous avons la chance d’être dans une région à l’identité très forte et sur laquelle nous devons nous appuyer. Je veux, nous voulons, que l’institution Stade Rennais F.C. soit placée au-dessus de tout le monde. C’est ce qu’il y a de plus important. Nous voulons que tout le monde s’approprie le club, fédérer toutes les composantes derrière le Stade Rennais F.C., que ce soit les supporters, le monde politique et le monde économique. Nous aurons besoin de tout le monde pour arriver à nos objectifs. Ne comptez pas sur moi pour vous promettre des choses importantes et irréalisables aujourd’hui. Je peux simplement dire que nous allons apporter beaucoup d’exigence au quotidien, avec beaucoup d’humilité et d’ambition. L’objectif est que toutes les composantes retrouvent du plaisir. Tout le monde veut toujours gagner. La question va être : « Qu’est-ce que l’on met en place et comment nous allons développer notre projet pour gagner ? » Je considère toujours que l’on réussit de grandes choses quand on est en équipe. On ne réalise jamais les choses seul. On veut un club uni et fort. Nous allons rapidement mettre en marche notre projet avec les hommes et les femmes qui composent ce club. Il doit y avoir beaucoup de fierté pour le peuple breton d’avoir ce club. Il est très important de retrouver cette fierté.

Comme Jacques (Delanoë) l’a fait, je tenais à rendre hommage à René Ruello et Hubert Guidal qui ont démissionné de leur poste au conseil d’administration. Ce sont des personnes qui ont beaucoup donné pour le club. Il y a parfois beaucoup de commentaires autour d’un club de football, et ce n’est pas toujours simple, mais ils ont mis beaucoup d’énergie, de volonté, et tout ça avec leur cœur. Pour cela, on doit les remercier. »