Vous êtes ici

Équipe pro

Nicolas Holveck : « La feuille de route est simple, c’est de se battre pour l’Europe chaque saison. »

23 juin 2020 16:02

Lundi face aux médias, Nicolas Holveck, Président Exécutif - Directeur Général du Stade Rennais F.C., a largement passé en revue l’actualité du club. Retour sur la conférence de presse de rentrée.

 

 

Une intronisation singulière

« On vit une période assez particulière. On a la chance de ne plus être en visioconférence et d’être en face à face maintenant. Il y a trois mois et demi, le championnat s’arrêtait. Je m’en rappelle très bien parce que c’était juste la veille de ma nomination. Je devais arriver à Rennes le 18 mars et le 17 tout s’est arrêté. Je n’ai pas pu venir sur site immédiatement. Mais ça n’a pas été du temps de perdu. J’ai passé beaucoup de temps au téléphone avec Julien. Ça nous a permis de nous connaître et d’avoir le temps de convaincre Florian de nous rejoindre. On a beaucoup de pensées communes avec Julien. »

 

« On est maintenant tourné uniquement vers l’avenir. Les joueurs ont repris ce matin. C’est le retour à la vie normale. On est pressé de retrouver les stades avec du public. On est là pour partager des moments de communion avec les supporters. On espère que l’on pourra très rapidement avoir du monde lors des premiers matches amicaux. On a hâte que cette nouvelle saison commence. »

---

Florian Maurice nommé Directeur Technique

« Pour l’anecdote, la première fois où on s’est vu avec Julien, on parlait de cette personne qui devait venir à nos côtés. J’avais trois noms et il n’y avait pas Florian. Julien m’a dit : « Tu ne parles pas de Florian ? ». Je lui ai dit que c’était mon n°0 car c’était pour moi impossible de le convaincre de quitter Lyon. Julien m’a convaincu d’essayer de tenter notre chance. C’est une grande fierté de l’avoir fait signer à Rennes. Florian est responsable de la politique sportive du Stade Rennais F.C., de la formation à l’équipe professionnelle. C’est un rôle très large, forcément en étroite collaboration avec Julien. »

Un trio à la tête du club

« Je pense que c’est le choix qui s’est porté sur moi qui a déterminé cette organisation.
Je souhaitais avoir quelqu’un à mes côtés pour la partie sportive en plus de Julien. Je pense qu’un Président ne peut pas tout faire. Je souhaitais vraiment une organisation à trois. C’est plutôt mon profil qui faisait que l’on avait besoin de cette personne. Je reste persuadé que dans un club du niveau de Rennes, avec les compétitions qu’il joue et celles que l’on ambitionne de jouer, on doit travailler à trois dans ce type d’organisation. On s’est rejoint sur beaucoup d’options sur la stratégie à mener dans le club. »

---

La place du Stade Rennais F.C. ?

« Un moment charnière je ne sais pas. La feuille de route est simple, c’est de se battre pour l’Europe chaque saison. La Champion’s League, dans laquelle nous ne sommes pas encore, c’est l’étape supérieure. Je pense que le Stade Rennais est plutôt dimensionné pour se battre

pour l’Europa League. Ces dernières années, il y a eu des investissements assez lourds au niveau de la masse salariale et des amortissements de joueurs. Pendant les deux dernières saisons, les budgets ont été considérablement augmentés. On doit composer avec ça. Heureusement que Julien Stéphan et son équipe ont surperformé car aujourd’hui on serait peut-être un peu en difficulté. On serait peut-être dans l’obligation de vendre plus que ce que l’on fera là. Il va falloir jouer avec ça pour les budgets des années à venir. On va s’y atteler. C’est notre travail à Florian et moi. Mais avec l’augmentation des droits télés, nous prenons moins de risques. »

 

« La vision est à long terme. C’est aussi pour ça que l’Académie doit plus que jamais être au cœur de notre stratégie. Florian a eu de nombreux succès dans ce domaine à Lyon. Julien sait donner leur chance aux jeunes. On leur laissera la place pour s’exprimer en équipe première. À eux de montrer qu’ils ont le niveau et à nous de les accompagner avec des joueurs d’expérience pour qu’ils continuent de se développer. »

---

Un recrutement Ligue des Champions ?

« Ligue des Champions, c’est impossible car la différence entre les deux compétitions européennes, c’est presque vingt millions d’euros. On va tout de même avoir un recrutement ambitieux pour essayer de rejoindre cette Champion’s League. J’espère que Florian va nous amener la chance que Lyon a eu ces deux dernières saisons et que le vainqueur de l’Europa League nous permettra d’y aller directement. Sinon on va se préparer à jouer le Q3 et les playoffs mais avec un dimensionnement plus proche de l’Europa League que de la Champion’s League. Le risque serait trop important. »

---

Le mercato

« On ne va pas tout mettre sur le même joueur. On a plusieurs cibles. On est sur trois ou quatre joueurs qui sont d’un niveau supérieur à l’Europa League. Et si ce ne sont pas ceux avec lesquels on discute, il y en aura d’autres. Ce sont des joueurs qui viendront renforcer l’effectif. Il y aura un recrutement ambitieux quoiqu’il arrive. On travaille surtout sur les arrivées. On se concentre là-dessus. » 

« Si on a choisi Florian, c’est aussi pour son réseau. Avec toute son expérience dans le domaine du recrutement, il va nous faire gagner un temps précieux et nous faire bénéficier d’une analyse très fine. Florian a observé tellement de joueurs. Julien regarde aussi beaucoup de matches. On a tous nos réseaux. C’est un travail collectif. »


« Tanguy Kouassi a préféré partir au Bayern. On était en finale mais c’est comme pour un concours Miss France, on n’a pas eu l’écharpe. Elle est passée autour du cou du Bayern. C’était pour nous une opportunité très intéressante, il nous plaisait sportivement. On a mis en œuvre tout ce que l’on pouvait mais il a fait son choix. La révélation de ce dossier est qu’aujourd’hui on se retrouve à la lutte avec des clubs comme le Bayern de Munich, Leipzig ou Mönchengladbach. Le Stade Rennais est passé dans une autre dimension. On a été jusqu’au bout des discussions et notre projet a été écouté attentivement. Ça montre que le club intéresse les plus grands jeunes talents. »
 

« Mohammed Salisu est un cas différent. Sa langue maternelle est l’Anglais et il donne pour l’instant la priorité à la Premier League. Ce que l’on peut comprendre. Il est encore jeune, il a 21 ans. Forcer un joueur, quand bien même on a trouvé des accords, c’est quelque chose que l’on n’a pas vraiment envie de faire avec Julien et Florian car à la première difficulté, il pourra regretter d’être venu. On a tout mis en œuvre pour le convaincre mais, à priori, il préfère rejoindre l’Angleterre. On a d’autres pistes qui sont tout aussi intéressantes. On veut des joueurs qui ont envie de venir. »

« La priorité de Serhou Guirassy est Rennes. On a fait une offre dans le prix du marché. »

« Avec Messieurs François et François-Henri Pinault, on a la chance d’avoir des actionnaires passionnés. Je les ai deux fois par semaine et ils ne parlent que de football. Ils sont passionnés et donc ambitieux. C’est une ambition mesurée à la dimension du Stade Rennais. »

Le cas Eduardo Camavinga

« On a eu aucune offre. Il ne faut pas rêver. On arrive après une crise incroyable. Si le championnat anglais ne reprenait pas, il perdait un milliard de livres sterling. Ils vont en perdre 500 millions. Quand on écoute les grands clubs, je ne suis pas certain que cet été il va y avoir énormément de mouvements de l’importance d’un transfert comme celui que pourrait représenter Eduardo. De toute façon, on veut qu’il reste avec nous la saison prochaine car nous sommes ambitieux. Il a une proximité incroyable avec Julien Stéphan et son staff. Il sait quelle peut être la saison à venir. Il est encore très jeune. C’est un garçon très réfléchi. Il a une grande maturité. Il sait où est son intérêt sportif. »

---

Les prolongations de contrat

« Les discussions sont bien entamées avec certains représentants. Le mercato commence seulement. Ils prennent leur temps. On ne va pas se mentir, ils regardent aussi le marché. Maintenant, on a des arguments à faire valoir. Nos relations sont très bonnes en ce qui concerne Hamari Traoré et Faitout Maouassa principalement. Notre souhait est de les conserver pour avoir une stabilité la plus grande possible. Ils sont sous contrat, on peut aussi choisir de les conserver une dernière année même s’ils ne prolongent pas. »

« Si on veut donner plus d’importance au centre de formation, il faut aussi de la place pour nos jeunes. L’objectif est donc aussi de les prolonger dans des conditions qui sont celles du marché actuel et de leur potentiel. S’ils font le choix de rester avec nous, il y aura de la place pour s’épanouir et progresser. »

« On est confronté à une concurrence européenne assez folle, surtout avec l’Allemagne et l’Angleterre qui recherchent de jeunes profils français car la France est peut-être le meilleur centre de formation au monde. La règlementation ne nous aide pas puisqu’on ne peut pas faire signer un contrat professionnel de plus de trois ans. Ça nous met en grande difficulté. On se bat pour un contrat de cinq ans adaptable pour les joueurs de 16 ans. Il serait urgent que la réglementation change. C’est aussi dans l’intérêt des équipes de France. Beaucoup de jeunes joueurs français vont se perdre à l’étranger. Ils vont dans des clubs avec des effectifs pléthoriques. On doit protéger ces jeunes, pour leur intérêt et celui des clubs français. Rester dans un club comme le Stade Rennais est ce qu’il y a de mieux pour commencer sa carrière. Je prends l’exemple de Kylian Mbappé à Monaco. Il a signé son premier contrat pro à trois mois de la fin de son contrat aspirant alors qu’il avait le monde à ses pieds. Il savait qu’il avait besoin de poursuivre dans son club formateur. Ça devrait donner beaucoup d’idées à d’autres jeunes joueurs. Ceux qui resteront le feront pour le projet sportif. Quand ils partiront du Stade Rennais, ils pourront aller dans les plus grands clubs européens. »
 


 

#ToutDonner