Vous êtes ici

Klub Affaires

Peut-on transposer le management d’un vestiaire à une entreprise ?

26 avr 2017 16:47

Au delà d’avoir des objectifs communs de performance, les entraîneurs et les dirigeants d’entreprise ont des responsabilités communes, le management d’un groupe. Entraineur-manager sportif du Stade Rennais F.C., Christian Gourcuff a partagé son expérience et son expertise auprès de plus de 250 personnes invités mardi soir au Roazhon Park par le club et l’Union des Entreprises 35.


Quelques extraits de l’intervention de Christian Gourcuff…

DÉFINIR UN PROJET
« Ce qui pouvait m’intéresser, c’est un projet de club identitaire, à la fois régional en ancrant le Stade Rennais F.C. dans la région et à la fois sportif avec la formation. Un projet de jeu stable en s’appuyant sur la formation, c’était la motivation suprême. Comme ce que j’ai pu faire à Lorient mais dans une autre dimension à Rennes ».

AVOIR DES CONVICTIONS
« Il y a beaucoup de managers différents. Il faut avoir des convictions fortes dans un monde qui fluctue. Il faut avoir une personnalité forte pour les assumer. La crédibilité passe par là. Il ne faut pas douter dans les moments difficiles. Sinon les joueurs doutent aussi. »

FIXER UN CAP ET LE FAIRE COMPRENDRE
« À partir du moment où vous avez fixé un axe, il doit être compris et ressenti par tous pour créer l’adhésion. L’implication du joueur (ou du salarié) est lié à l’intérêt qu’il y trouve. Il faut avoir l’impression de progresser tous les jours pour décupler la motivation. L’intérêt qu’ils y trouvent c’est le plaisir, il faut les convaincre que cela va leur servir dans leur carrière en tirant un bénéfice individuel, on s’inscrit dans le projet. Il ne faut pas se rater car ce sont les premiers jours qui sont les plus importants. Pour cela, il faut un cadre clair précis. »

FÉDÉRER
« Au début, j’ai fait le choix de rassembler tout le monde. Quand vous commencez à créer des groupes, il y a une scission et cela peut créer un conflit dans le vestiaire. C’est pour cela que l’on a fait toute la préparation estivale tous ensemble. »

LA PASSION
« La passion du jeu est mon moteur. C’est l’activité qui permet de s’impliquer et de se dépasser. Evidemment, comme dans toute entreprise, la finalité est d’obtenir des résultats mais c’est la passion qui permet d’être motivé. Ça permet d’aller plus loin dans ses recherches. Et personnellement, Plus on approche de la fin et plus on est motivé (rires). »

LE RAPPORT ENTRAÎNEUR-JOUEUR
« Les aspects stratégiques sont importants mais les rapports humains tout autant. Ce que l’on oublie un peu, il faut des relations humaines pour faire fructifier la stratégie. »

NE PAS DÉLÉGUER…
« Ce qui est essentiel pour progresser, c’est l’entraînement. Il y a des entraineurs qui n’entraînent pas. J’ai un tort mais je pense que c’est une qualité, je fais tout de A à Z. Je ne communique pas par des intermédiaires. C’est ma conception mais ça me semble essentiel. Les entraîneurs les plus influents travaillent beaucoup, prenons Pep Guardiola en exemple, il conçoit lui-même toutes ses séances. »

… MAIS SAVOIR S’ENTOURER
« Je discute régulièrement avec les joueurs et je mets en place des entretiens quand il le faut. Mais je ne peux pas passer mes journées à faire ça, d’où l’importance d’un staff. Dans la relation entraîneur-joueur, il y a lien hiérarchique qui ne permet pas de dire les mêmes choses. »

RESPONSABILISER
« Le plus difficile pour les entraîneurs, c’est de faire en sortent que les joueur arrivent à l’heure (rires). La première chose que j’ai faite, c’est supprimer les amendes. Celui qui n’en est pas capable de respecter les règles s’élimine de lui-même, il se rejette du groupe. Ça responsabilise, il ne subit plus mais devient acteur. Détecter les joueurs capables de s’inscrire dans un collectif est un jeu, le talent ne suffit pas toujours. »

LE CAPITANAT 
« Pour moi, le capitaine est un poste administratif. Puisqu’il faut faire un choix, je me base sur l’âge, l’ancienneté et la façon dont le joueur est perçu dans le vestiaire mais ce n’est pas forcément sur lui que je m’appuie le plus. Les relais se révèlent naturellement, ce sont les plus impliqués. Je me sers de ces joueurs aussi pour faire passer des messages. La conception du collectif est de ne pas créer de hiérarchie mais il y a toujours des anciens et des jeunes, il faut faire le meilleur amalgame. »

L’ÉDUCATION
« L’éducation est la base de tout. C’est un problème de société maintenant mais dans le foot c’est un élément majeur. Au Stade Rennais F.C., on donne aux jeunes une éducation de vie, que certains n’ont peut-être pas eue dans le cadre familial. Mais des fois ça explose face à des enjeux financiers énormes, on ne maîtrise plus rien. »

LA FORMATION
« La formation français est la meilleure d’Europe et du monde. C’est à la fois un choix obligé et une nécessité économique. Par exemple, les droits anglais sont cinq fois plus élevés qu’en Ligue 1. La formation, c’est aussi une philosophie, c’est comme ça qu’on existe. Le Stade Rennais F.C. est le seul club de Ligue 1 qui a un projet de jeu technique commun à toutes ses équipes, des plus jeunes aux pros. Les joueurs formés dans un cadre technique doivent représenter un socle pour l’équipe première. C’est mon devoir de suivre l’évolution des jeunes. »

LES PROBLÈMES
« Tous les problèmes sont exacerbés, trois matchs perdus et on peut me demander ma tête. Sur le plan médiatique, la pression est énorme. Il y a une fragilité qui demande une base solide à la tête du club. Actionnaire, Président et entraîneur doivent être solides face aux coups de vent. La médiatisation a changé, c’est une presse de buzz, s’il n’y a pas de problème on en invente. C’est pour cela que notre communication doit être soignée. »

Envie de partager des expériences professionnelles avec les décideurs de la région, et passionnés de football de surcroît ? Rejoignez le Klub Affaires du Stade Rennais F.C.

Le service commercial est à votre disposition :
02 99 14 35 73 – commercial@staderennais.fr


Consultez toute l’actualité du Klub Affaires du Stade Rennais F.C.

 

Dans la même catégorie