Vous êtes ici

Équipe pro

Benjamin Bourigeaud : « avoir un groupe soudé »

16 sep 2020 13:30

Décisif à deux reprises à son entrée en jeu à la 63ème, Benjamin Bourigeaud revient sur la belle performance collective des Rennais à Nîmes.



Benjamin, comment analyses-tu la performance du week-end ?
C’est une belle victoire en équipe. Depuis un moment déjà, on a construit un état d’esprit car on sait que l’on aura besoin de tout le monde. La saison va être longue et difficile. Chacun sera important, peu importe quand on jouera. Ça a été mon cas ce week-end. J’étais remplaçant et j’étais impatient de rentrer pour aider l’équipe à remporter ce match. Ce qui n’a pas été facile et ce ne sera pas facile d’aller gagner là-bas pour les autres équipes. On le savait. On s’était préparé à cela. On savait que Nîmes allait nous proposer un combat difficile. On va s’appuyer sur cet état d’esprit pour continuer sur cette lancée.


Cette notion de collectif, c’est ce qu’il y a de plus essentiel à entretenir ?
À partir du moment où tout le monde fait les efforts les uns pour les autres, c’est beaucoup plus facile sur le terrain. Je ne vais pas dire que j’étais content d’être remplaçant mais je sais qu’à partir du moment où le coach fait appel à moi, je donnerai le maximum. Il faut toujours garder à l’esprit d’avoir un groupe soudé car c’est ensemble que l’on arrivera à faire des grandes choses.


Une passe décisive, un but, tu as réalisé les gestes qu’il fallait dimanche après-midi. Tu attendais cette réussite ?
Depuis la reprise, on y travaille. On essaie d’avoir certaines relations que ce soit sur coups de pied arrêtés ou dans le jeu. C’est important d’avoir des automatismes et de savoir ce que l’autre va faire. C’est ce que l’on est en train de créer avec les nouveaux. De mon côté, j’essaie d’être le plus efficace et le plus précis possible dans les gestes même si je ne cache pas la chance que j’ai eue face au gardien. Il la touche bien mais au final elle va dans le but. J’ai fait le nécessaire en tout cas pour me retrouver dans cette position car c’est une contre-attaque. Je fais une course où je traverse tout le terrain pour me mettre justement dans cette situation et je suis bien servi par Romain (Del Castillo). Ce sont deux gestes décisifs qui permettent de prendre de la confiance en ce début de saison.




Que retiens-tu du déplacement à Lisbonne en amical pendant la trêve ?

L’objectif était de rester dans la compétition et de se préparer aussi à l’Europe. On voulait surtout rester focus sur le travail que l’on a à fournir. On n’a pas relâché la pression. Ça nous a permis d’apprendre contre ce genre d’équipe que l’on ne rencontre pas tous les jours. On a vu que ça se jouait sur des détails au très haut niveau. C’est un match qui nous a servis et qui nous servira par la suite. Il y a des matches où l’on devra défendre, où l’on aura moins le ballon et qu’il faudra utiliser le plus efficacement possible. Contre le Benfica, j’étais dans un bon jour et puis je perds ce ballon qui permet la contre-attaque derrière. C’est un geste, une erreur que tu paies cash. Mentalement, c’est dur parce que tout ce que tu faisais avant était bon. Même si c’est un match amical, c’est frustrant. C’est aussi sur ça que je dois progresser. Je tente des choses, j’essaie de casser des lignes, d’aller vers l’avant et de créer des décalages. Ça ne marche pas toujours, c’est mon jeu qui veut ça, il y a des erreurs mais j’essaie d’en faire le moins possible. C’est sur ça que j’essaie de progresser aujourd’hui.


Es-tu surpris par le rendement des nouveaux arrivants ?
Quand on arrive dans un nouveau club, ce n’est pas toujours facile. Intégrer les nouveaux le plus rapidement possible fait partie de notre rôle pour qu’ils se sentent bien et qu’ils expriment leur talent le plus vite possible. Serhou (Guirassy) est arrivé tardivement et il montre que son intégration s’est très bien passée.


Monaco se profile, un bon révélateur en perspective…
Ce sera un très bon match contre une grosse équipe. On sera à domicile, on devra faire le nécessaire pour poursuivre sur une dynamique positive. Il faut montrer que l’on est chez nous et que ce sera difficile pour eux de venir gagner à Rennes.


Comment te sens-tu physiquement après presqu’un mois de compétition ?
J’ai beaucoup travaillé pendant le confinement, énormément. J’ai même fait des choses que je n’avais pas l’habitude de faire, dans le bâtiment. J’ai aidé mon beau-père à retaper une maison. Et j’ai aussi beaucoup travaillé physiquement, ce que je continue actuellement pour que je me sente bien sur le terrain et être au mieux pour la suite de la saison. Quand on se sent bien dans son corps, on vole sur le terrain.



#ToutDonner