Vous êtes ici

Saint Etienne / Stade Rennais F.C.
Équipe pro

Pierre Dréossi : « Ne pas prendre de buts à Saint-Etienne serait déjà une victoire »

15 fév 2007 00:00
Diminué par une incroyable série de blessure en défense (Edman, Mensah, Bourillon, Melchiot), Pierre Dréossi pour se déplacement dans le Forez devra composer une nouvelle fois avec le Centre de formation.

Erik Edman malade, Mario Melchiot touché à la cuisse gauche, John Mensah absent 3 semaines, et Grégory Bourillon blessé au genou, la défense rennaise 2e au classement de L1 soigne ses plaies.

Face à ce constat, la tache s'annonce encore plus compliquée surtout face à la 3e meilleur attaque de L1. Pour Pierre Dréossi, un match nul 0 à 0 à Geoffroy Guichard serait déjà synonyme de victoire. « Notre solidité défensive va être mis à l'épreuve. Pour faire quelque chose à Saint Etienne, il faudra trouver une solution notamment en restant bien organisé et en défendant tous ensemble »  prévient le coach rennais.

Avec cette pléiade d'absence, peu de solution s'offre à lui  :
Déjà testé à ce poste en match amical, le polyfvalent Romain Danzé devrait occuper le poste d'arrière gauche. Stéphane Mbia (20 ans) pourrait prendre le flanc droit. Dans l'axe Guillaume Borne, auteur d'une belle prestation face à Nancy le week-end dernier retrouvera dans l'axe l'un de ses modèles Jacques Faty dans le rôle de cadre.

« Ce statut me plait. Ce sont tous de bons jeunes, j'ai déjà joué avec Guillaume Borne cette année en CFA. C'est certain que ce sera dur de gagner là bas mais Lorient l'a fait alors pourquoi pas nous. Il faudra jouer comme on sait le faire, être bien organisé defensivement et efficace devant. »

Malgré leur manque d'expérience au plus haut niveau, les jeunes rennais ont montré dans un récent passé que l'on pouvait compter sur eux.

« Les jeunes veulent jouer, à eux de nous montrer ce qu'ils valent. C'est certain que sur la durée c'est un peu plus dur pour eux mais sur un match tout est possible. Pour nous les plus anciens, il faudra faire encore plus d'efforts pour bien les encadrer et défendre tous ensemble » conclut Olivier Sorlin.