Vous êtes ici

Équipe pro

Romain Salin : « Le club a beaucoup de qualité »

19 juin 2019 18:05

Gardien expérimenté de 34 ans, Romain Salin retrouve le Stade Rennais F.C. seize ans après l’avoir quitté. Désireux de revivre une campagne européenne, le vainqueur de la Coupe Gambardella 2003 est prêt à défendre les couleurs de l’institution « Rouge et Noir ». 

Romain, te voilà à nouveau rennais…

Seize ans après je vois que le club a évolué. Le club grandit et se rapproche de plus en plus à ce qu'il se fait de mieux au Portugal. Je suis vraiment ravi de revenir ici. Le projet du Stade Rennais F.C. correspondait parfaitement avec ce que je souhaitais pour la saison prochaine.

C’est-à-dire ?

Ça fait deux saisons de suite que je jouais la Coupe d’Europe avec le Sporting. Pour moi, il n’était pas question de repartir avec ce club si le projet n’avait pas été européen. Que Rennes joue à nouveau l’Europa League, ça a fait pencher la balance.

À quand remontent les premiers contacts ?

La semaine dernière. Ça a été très vite et ça a été pour moi une excellente chose. Quand les gens prennent leur temps cela signifie qu’ils ne sont pas sûrs d’eux. Ça a « matché » de suite. Le projet évoqué par le Président m’a beaucoup plu. J’ai hâte que cette nouvelle aventure débute.

Un retour en France était-il quelque chose que tu avais envisagé avant que le club ne vienne vers toi ?

Pas du tout. Je n’étais pas focalisé sur un retour français.

Tu te sens prêt à défendre les cages rennaises ?

Pour moi, on a tout à prouver tout le temps. Rien n’est écrit dans le marbre. Nous sommes des joueurs de foot, nous devons le prouver quotidiennement. Je n’ai jamais mis de limite d’âge, je n’en mettrai pas. J’essaie de travailler au mieux tous les jours pour pouvoir être au service du club. Si le club fait appel à moi aujourd’hui c’est parce qu’il pense avoir trouvé que je correspondais à ce qu’il recherchait.

Ton parcours t’a mené de nombreuses années au Portugal. Que t’ont apporté toutes ces saisons loin de ta France natale ?

J’ai appris que l’institution était plus importante que l’individu. Au Portugal, les gens arrivent, repartent, mais le club reste. On nous fait bien comprendre que nous sommes au service du club. On travaille pour le club et pour tous les gens qui gravitent autour. Si tu as la chance de gagner un trophée alors peut-être qu’on gardera ton nom dans l’histoire du club mais c’est le club avant tout.

Ça fait partie des messages que tu essaieras de faire passer auprès du groupe ?

Je vais essayer de transmettre mon expérience, car on apprend beaucoup des autres, mais je suis là pour travailler et jouer. Le club a beaucoup de qualité. J’ai toujours fonctionné par l’exemple et le travail donc je vais m’appuyer sur ces valeurs-là en espérant aider le club à poursuivre sa mue.

Cette signature c’est presque un retour au club. Quel(s) souvenir(s) gardes-tu de ton premier passage à Rennes ?

Le parcours en Coupe Gambardella entre autre. On avait une grosse génération. Sur l’année 84/85, il y avait Florent Chaigneau et Simon Pouplin. On s’était donné l’objectif de faire carrière, on l’a fait !  

Tu as gardé contact depuis tout ce temps ?

On était une vraie bande de copains. Ce parcours de coupe nous unit à jamais. J’ai le souvenir d’échanges avec Simon (Pouplin) quand il avait joué à Sochaux et Nice. Je pense aussi à Fabien Dugaz que j’avais revu quand j’étais à Guingamp. Il y a Jimmy Briand aussi, Sylvain Macé Cette signature sera l’occasion de revoir du monde peut-être.

----

#AllezRennes - #ToutDonner